Sélectionner une page

Portrait du ski hors-piste en Gaspésie

Fév 8, 2023 | Gaspésie, Plein air, Sport

Ahhh les mythiques sommets de la Gaspésie! Ils fascinent par leur côté sauvage, attirent les trippeux de poudreuse vierge et donnent quelques palpitations aux moins férus de terrains escarpés. Une chose est certaine, ils ne laissent aucun skieur indifférent.

Les entreprises plein-air qui proposent des activités hors-pistes en Gaspésie se sont multipliées ces dernières années, ce qui fait en sorte que la région offre maintenant des options pour tous les goûts et tous les budgets, que ce soit en territoire privé, en zone protégée, en parc ou en réserve nationale.

Envie d’en savoir plus? On vous a dressé un portrait de deux secteurs que l’on a explorés il y a quelques semaines.

Photos : Au Québ

1. Secteur mer : de Sainte-Anne-des-Monts à Mont-Saint-Pierre

À notre grande surprise, le bord de mer a de vraiment belles possibilités pour le hors-piste. On descend longtemps, et ce, sur des terrains qui sont super variés. On a même vu des pistes de 55 degrés… Ça impressionne!

On a fait l’essai de trois domaines là-bas, mais il y a vraiment beaucoup plus.

Photo : Au Québ

Cap-Castor ski hors-piste

On a eu un gros coup de cœur pour Cap Castor à Sainte-Anne-des-Monts, un terrain de jeu de 25 pistes réparties sur 450 acres de terre. Là-bas, on arpente littéralement la cour arrière de Sarah-Maude et Dany, les sympathiques entrepreneurs derrière ce projet lancé il y a cinq ans déjà. Côté domaine skiable, on trouve de tout pour tous les goûts, allant des couloirs intermédiaires aux pentes inclinées à 50 degrés. Les descentes et les montées ont été judicieusement pensées pour nous faire passer d’un versant à l’autre sans avoir à faire de longues ascensions. On peut même dormir sur l’un des sommets dans un refuge de luxe douillet à souhait.

On a adoré le côté humain de l’endroit… On avait l’impression de skier chez des amis. On est toujours accompagné de guides là-bas, de sorte qu’on n’est pratiquement jamais plus d’une vingtaine de personnes sur le domaine. Les « skin tracks » ne sont pas des autoroutes; on croise rarement un autre groupe et le terrain ne devient presque jamais vraiment tracé. Il y a constamment un moyen de se trouver un secteur bien vierge. On aime!

Photos : Au Québ

Vallée Taconique

À une quarantaine de minutes à l’est de Sainte-Anne-des-Monts se trouve la Vallée Taconique, une impressionnante zone skiable derrière Mont-Sainte-Pierre. Selon nous, l’endroit est tout désigné pour les « intermédiaires plus plus » et les experts qui ont envie de se gâter une grosse journée dans un terrain peu tracé de très bon calibre. On retrouve ici des pentes abruptes dans de beaux couloirs bien définis. Vraiment pas un domaine pour les débutants! La majorité des clients réserve un forfait avec remontées en motoneige, ce qui permet de regagner le sommet bien plus rapidement qu’en catski (chenillettes). On fait en moyenne 9 à 10 descentes de plus de 1 kilomètre dans une seule et même journée. Les cuisses n’ont qu’à bien se tenir! On peut également gravir les versants avec les peaux; un guide nous accompagnera pour notre première sortie et nous laissera aller pour les autres journées.

On a été chaleureusement accueillies par David, l’homme qui gère de main de maître l’endroit depuis 2014. Il nous a fait visiter cet immense domaine en s’arrêtant pour nous montrer avec fierté les différentes pistes qu’il bûche lui-même plusieurs mois par année. Ouvrir une nouvelle ligne et entretenir un terrain de ce type est un travail immense… chapeau! Notre guide Antoine nous expliquait les subtilités des différents couloirs, les corridors de vent, en plus de nous renseigner sur plusieurs mesures de sécurité en milieux avalancheux.

Ici aussi, un refuge se trouve au sommet et on peut choisir d’y passer la nuit pour se laisser imprégner encore plus de la Vallée.

Photos : Au Québ

D’autres explorations dans le coin

Sainte-Anne-des-Monts se veut également un superbe camp de base pour skier d’autres domaines, comme le parc national de la Gaspésie et la réserve faunique des Chic-Chocs par exemple. Puisque ces secteurs publics sont plus achalandés, une bonne option pour s’y aventurer est de le faire avec un guide. Ainsi, on accède aux meilleurs couloirs, et ce, tout en s’éduquant sur différentes notions de haute montagne.

On a fait l’ascension du mont Lyall en compagnie d’Édouard, un des sympathiques guides de chez Expé Aventures. La montagne est un des classiques favoris dans la réserve faunique des Chics-Chocs. Au sommet, la vue vertigineuse était saisissante! On est allé s’amuser sur une belle neige vierge dans le secteur des lutins, qui est un bon endroit juste assez escarpé pour les premières descentes. Quelle satisfaction! Et ce n’est pas compliqué au mont Lyall de prolonger le plaisir puisque de courts sentiers d’ascension sont aménagés en mi-montagne pour atteindre à nouveau le sommet en une trentaine de minutes.

On dort où?

Pour un dodo à Sainte-Anne-des-Monts, on vous recommande chaudement Panora Loges fluviales, qui propose des habitations modernes à souhait sur le bord de l’eau. Chaque unité a son propre spa et est parfaitement équipée pour les skieurs. Un peu plus à l’est, l’Auberge l’Amarré de Mont-Louis nous a séduites par son ambiance sans prétention, son petit café chaleureux et son épicerie locale avec plein de beaux produits et prêts-à-manger.

Photos : Au Québ

2. Secteur terre : Murdochville

Murdochville est assurément le secteur le plus connu et le plus développé pour le hors-piste en Gaspésie. Et avec raison! On trouve sur place une offre plus que complète avec de l’héliski, du catski, des guides et même une montagne avec remontée mécanique. La gang du Chic-Chac s’est établie ici alors que la ville menaçait littéralement de disparaître en raison de la fermeture de la mine. Depuis, l’entreprise n’a cessé de grandir et a fait plusieurs acquisitions, notamment la Station de ski Mont-Miller et plus récemment, l’église du village, qui a été convertie en un immense quartier général incluant un resto-bar. Ça rend les partys de Murdoch beaucoup plus impressionnants qu’avant!

On a eu la chance de découvrir le mont Porphyre en catski et honnêtement, on a eu une des meilleures journées de glisse depuis bien longtemps. Même après huit descentes, nos guides du Chic Chac réussissaient toujours à nous trouver des « first tracks ».

La Station de ski Mont Miller, qui dispose d’une remontée mécanique, est aussi un bijou à skier (et un trésor caché de poudreuse!). Le domaine est divisé en deux sommets. Le premier s’atteint en remontée de type T-bar et propose une bonne variété de pistes damées et de sous-bois quand même assez corsés. Le deuxième sommet est à seulement 27 mètres de plus d’altitude et on peut s’y rendre par une petite marche d’une dizaine de minutes. Même pas besoin de mettre les peaux! De là, on accède à du terrain double-losange vraiment intéressant, incluant même certains couloirs plus serrés. De quoi faire changer d’idée tous ceux qui auraient pu penser que le Mont-Miller serait plate à skier!

On dort où?

Murdochville regorge d’options d’hébergement. On a logé à L’Olympique, qui a été récemment racheté et rénové en entier par le Chic-Chac. À quelques mètres seulement du quartier général et de la Station de ski Mont-Miller, c’est un superbe endroit où dormir près de l’action.

Whitelips… ou le hors-piste au féminin

Murdochville est le camp de base de Whitelips, un rassemblement de hors-piste pour filles seulement qui en était à sa huitième édition cette année. N’importe qui peut s’inscrire à cet événement, allant de celle qui n’a jamais installé de peaux sur ses skis à celle qui veut « lapper » le plus de descentes possible en hélico ou en catski.

Au menu : du beau sport, de la bonne bouffe et surtout, des partys légendaires! L’esprit féminin était de la partie tout le weekend; on s’encourageait pendant les montées et on célébrait ensemble nos lignes de poudreuse… Du gros fun entre filles et assurément notre coup de cœur de notre passage en Gaspésie.

La sécurité avant tout

La petite mère en moi vous rappelle que le ski hors-piste est un sport risqué et que les conditions peuvent changer rapidement en Gaspésie (et ailleurs). Il est donc impératif d’être bien préparé et équipé, en apportant avec soi notamment un dispositif comme un DVA (détecteur de victimes d’avalanches), une pelle et une sonde. On ne prend pas d’assaut la neige fraîche et la haute montagne sans être bien renseigné!

Si vous n’êtes pas familier avec la sécurité en montagne, faites appel à un guide. Pour ce faire, n’attendez pas une bonne bordée pour décider à la dernière minute de partir en Gaspésie. En effet, il vaut mieux réserver plus tôt que tard son guide ou son terrain… Autrement, on risque de skier non-accompagné et possiblement de se retrouver dans une fâcheuse situation. La sécurité prime sur la poudreuse!

 

Avec ses vues panoramiques et ses pentes vierges à explorer, la Gaspésie a su nous épater, encore une fois. N’hésitez pas à nous écrire si vous avez des questions!

Merci à Tourisme Gaspésie pour l’accueil chaleureux et le séjour de rêve!